les 8 / 9 / 10 Juillet 2016

Saint Pierre La Palud

facebook

Retrouvez nous sur

Les Brèves :

La Presse :

LES PETITS POTINS DE Françoise

TROISIEME REPETITION (publié le 04 Juillet)

 

Aujourd'hui je vous livre deux potins pour le prix d'un seul …

Et TOC, cadeau !

On a coutume de dire que les temps sont durs …

je dirais moi qu'ils sont surtout comptés, car en vérité, je vous le dis, il ne nous reste que 5 jours avant le top départ

et chaque minute compte pour deux …

 

PREMIERE RÉPÉTITION AVEC LES MONTROTTOIS  - TROISIÈME POUR LES AUTRES

 

La très sympathique et très vive Agnès DEROIN, leur metteur en scène, avec qui j'ai noué des liens épistolaires puis amicaux, arrive.

Elle est accompagnée des deux jeunes filles qui joueront en ombre les enfants de Lazare MANGINI.

 

L'ambiance est donc guillerette et joyeuse.

 

Nous commençons à installer ce qui représentera les écrans jusqu'à la répétition générale, car nos moyens ne nous permettent pas de les louer avant, ainsi que les vidéos projecteurs qui serviront à les animer …

Nous installons donc … des draps. De bons vieux draps de grands mères que nous tendons avec des épingles à linge sur des portants à vêtements et coinçons, derrière, des ersatz de projecteurs et leurs rallonges …

 

Imaginez la scène ! Si, SI C'EST POSSIBLE.

 

 

Et après ça, on dira que la passion et la folie créative n'existent plus !

PFFF, ils vivent sur la planète Mars ceux qui pensent que le système D des scouts n'est plus de mise et qu'on n'y arrivera pas …

Je ne le répèterai jamais assez, à coeur vaillant rien d'impossible !

 

Juchées sur la pointe de nos pieds fatigués, les bras tendus à se rompre le col, les cervicales en compote, nous officions dans la joie, la bonne humeur et le doliprane codéiné.

Un, puis deux, puis trois autres comédiens arrivent. J'en connais certains que j'avais rencontré lors d'une première rencontre. Je découvre les autres. Ils sont tous charmants.

J'apprends alors qu'ils ne seront pas tous là ce soir …

Je suis quand même un peu inquiète d'autant que nous n'avons pas beaucoup de répétition ensemble, mais bon … à coeur vaillant gnagnagna gnagnagna …

 

Ceux de ST Pierre se joignent à nous. On se salue, on se congratule, on boit le verre de l'amitié et HOP on fait un cercle dans lequel on exécute (le mot me paraît juste) quelques exercices de fond … et ZOU, on commence la répétition.

 

Après certaines explications données à Agnès quelques semaines auparavant sur la technique du théâtre d'ombres, elle a guidé ses comédiens dans l'expérimentation de cette discipline pour laquelle il eut fallu normalement … Oh ! peut être 4 ou 5 ou … allez, disons 6 mois.

Alors qu'ils n'auront eu en tout et pour tout …Oh!  peut être 10 ou 20 ou … allez soyons fous … quelques 30 heures maximum …

Je m'incline donc devant leur investissement à défaut de leur expérience …

 

Tout se passe bien. Tous ont l'air content. Les deux groupes fusionnent et on se persuade que tout est parfait.

 

 

A moins qu'ils ne cachent leur pétoche derrière des minois réjouis et compatissants, histoire de me faire plaisir.

 

J'admire leur abnégation devant l'abstraction total de décors. Car il faut bien dire que notre scénographie de bazar n'est guère séduisante. Surtout si l'on regarde l'un des deux draps glisser imperceptiblement, mais surement, vers le sol car les épingles n'ont pas tenues …

Oh la la, ils assurent grave et moi je stresse … mais je n'en dis rien, bien sûr, car il ne faudrait surtout pas déstabiliser les troupes.

D'autant qu'elles sont peu nombreuses !

Si l'on considère l' irréalité de la situation scénique et la métaphysique théâtrale qui en résulte, je devrais m'inquiéter … mais, rassurez vous TOUT VA BIEN !

 

L'heure de se quitter approche et je me demande où sont passés les 18 mois qu'il nous aurait fallu pour monter tout ça ???

Comble de bonheur ... un des comédiens ne se sent plus à sa place avec nous et décide d'arrêter tout net sa participation au projet …

et HOP, comme un lapin sortant du chapeau, il se volatilise sans demander son reste.

Il ne nous manquais plus que ça !

Pas de panique JE VAIS ASSURER … enfin je crois, parce que là, ça commence à devenir compliqué. OUP'S, va falloir jouer serré !

 

Réprimant un cri, qui pourrait s'avérer être meurtrier, je psalmodie entre mes lèvres fermées " Que l'indigène indigent qui pratique le vaudou s'en aille … Allez ZOU, dehors, du balai , que diable pas de ça ici, nous ne céderons pas !!!  Le projet MANGINI, c'est du sérieux non mais ! "

Et je souris, parce que dans la vie il faut sourire et qu'à chaque problème, il y a une solution … enfin, je crois ???

 

FIN DE SEANCE

 

Allez !  merci à tous et courage on va assurer … Je lève mon pouce en guise de succès garanti et je souris encore  … mais entre vous et moi, à l'intérieur ça ressemble plutôt à la révolution chinoise en pire … nous ne garderons de cela que les ombres, et les vaches seront bien gardées. (sacrées les vaches, bien sûr ! )

 

Mais quand il n'y en a plus, il y en a encore et je dois, avant le départ, me soumettre avec joie (toujours) au jeu des questions réponses .

" Comment ? Les projecteurs ? les vidéos ? Quand ? Où ? Comment ? Pourquoi ? "

… le jeu d'échec à côté me paraît être du roupie de sansonnet  …

Très naturellement je réponds avec l'assurance du sumo en compétition …

" Bientôt, ici même, ne pas s'inquiéter, je maîtrise, continuez à être formidables et tout ira bien … SI, SI C'EST PROMIS " …

 

Avec l'aide d'Agnès et de nos soldats en haut de formes et fracs XIXème, nous replions les draps/écrans, rangeons les tables et roulons les rallonges.

Et HOP !  la scène est vide. Ne reste plus qu'à revenir la semaine prochaine … et,

à  prier …

 

D'ici là, trouver un nouveau comédien … ce n'est pas comme s'il nous restait que deux répétitions !!!

SUITE DE LA SAGA DE NOS REPETITIONS … (Publié le 25 Juin)

 

Tout va bien … pourtant nous avons du faire face à un nouveau problème de taille …

 

En effet,  à l'origine, le spectacle devait être présenté dans la cour extérieure du Château de la Pérollière.

 

Youpi pour une mise en scène au dehors, à l'air libre,  faîte de ballade entre les terrasses, les petits et grands escaliers à monter et

à descendre,  les coursives, etc.

 

Mais ça, c'était sans compter les intempéries nombreuses et variées de notre météo actuelle en mode catastrophe …

 

Bref, après avoir levé le nez au ciel, mouillé et pointé l'index dans l'air ambiant pour savoir d'où venait le vent et s'être longuement assis à méditer, moroses, face au poste de télévision et leurs "magazines météos" … nous en avons conclu que, décidément, les Dieux du temps ne nous étaient pas favorables et que, si nous ne voulions pas que tout tombe à l'eau (jeu de mot évident) , il fallait trouver une solution.

 

Avec l'optimisme de la grenouille qui a toujours raison, nous avons opté pour la sécurité …

 

Et zou, nous décidons de trouver une salle pour vous assurer de pouvoir assister à ce spectacle tant attendu.

 

Trois p'tit tours et nous voilà dans la salle des fêtes de Sain Bel .

 

Nouveau lieu avec, ce jour là, une équipe exclusivement masculine dans laquelle j'évolue comme un poisson dans l'eau.

 

Plouf, petit debriefing, en tant que prologue à notre soirée, autour d'un apéro improvisé et fort sympathique … le dernier verre vidé, re-plouf, on monte sur scène, on se situe … il faut bien prendre ses marques.

 

Sur l'espace vide nous dessinons ensemble les premières grandes lignes du spectacle.

 

Nouvel espace, nouvelle mise en scène … va falloir remonter les manches !

 

Difficile de se rendre compte de l'univers vu que les films, les lumières et les sons sont encore absents.

 

Et re-re-plouf, après quelques essais de mise en voix, mise en jeu et échange de texte nous réglons les déplacements qu'il faudra faire et défaire et refaire jusqu'à trouver ceux que nous garderons pour le spectacle final.

 

On dirait une partie de tennis sans filet où je me serais transformée en ramasseur de balles et où les comédiens auraient troqués leurs raquettes contre des pelles à gâteaux géantes. Bref c'est pas gagné,mais vu l'engagement des troupes je suis certaine qu'on va faire de cette diversion un tir au but gagnant.

 

Lazare, Marc, Lucien, Félix et les autres  … Mangini contre Seguin et Compagnie se rencontrent et me racontent leur histoire. L'esprit est bon enfant et la bonne humeur est là. On continue.

 

C'est pas un p'tit changement de station qui va nous faire dérailler … non mais !

 

23h00 allez hop ça suffit pour aujourd'hui ! Les garçons ont l'air satisfaits prêts pour la prochaine répétition avec la Troupe de Montrottier.

 

Les 1er gaillards s'en vont pendant que 3 d'entre nous tentons de régler l'alarme avant de quitter les lieux.

 

Pas si simple (décidément !) On dirait un sketch …

 

On règle les touches, on ferme la porte, on attend pour voir … rien, silence, ça a l'air de marcher … 3 pas vers la sortie des artistes, et … non, ça sonne !

 

On revient, on recommence …

 

On règle les touches, on ferme la porte, on attend pour voir  … gnagnagna gnagnagna … non ça sonne !

 

On revient, recommence … on règle, on ferme, on espère … ça sonne !

 

Va t-on passer la nuit couchés devant la porte de la salle des fêtes ?

 

Non, au bout d'un moment, le Dieu Théâtre a pitié de nous et nous pouvons enfin partir pour aller vaillamment déposer les clés dans la boîte au lettres de la Mairie qui va devenir, je le sens,  au fil des semaines notre boîte de Pandore à nous … notre boîte de nuit parfois et oserais-je dire notre boîte de conserve !!!

 

Car il va nous falloir de la réserve jusqu'au 8 Juillet.

 

Hardis les gars ça va le faire ! A bientôt pour notre prochaine répétition.

UNE PETITE INTRUSION D'Agnès (qui dirige la troupe des Amis de Saint Martin) dans les petits potins de Françoise.

(Publié le 21 Juin)

 

On avance, on avance !!!

Après plusieurs répétitions, toujours dans la joie et la bonne humeur, nous attaquons, aujourd'hui 15 juin, notre... ouh là ! Tant que ça ? Enième répétition ?

Alors, après la dernière rencontre avec tous les protagonistes du spectacle d'il y a 10 jours, il faut qu'on se cale sur le débit de paroles du narrateur. Ben oui, on l'avait un peu mis de côté, notre narrateur. Pour mieux étudier les postures, la tenue, les accessoires, le nombre de personnes derrière le drap... Bon, bref, il est temps maintenant de passer à la vitesse supérieure, de penser aux deux écrans, celui à jardin, celui à cour. Et voir comment passer le de l'un à l'autre... Heureusement, nous travaillons dans un endroit un tantinet plus grand que celui auquel nous étions habitués...

Et puis, attention, la semaine prochaine, la grande chef sera là !!!

PREMIERE REPETITION le 12 Mai (Publié le 11 Juin 2016)

 

Puis ce fût le moment de la première répétition avec un des groupes de comédiens. Celui de Saint Pierre la Palud.

Réunion dans une des salles de la Cure en attendant de pouvoir répéter sur le lieu même du spectacle.

Pascal Beauverie, Fernand René Béron, Gérard Crassard, Joachim Fernandez, Kevin Parent et Serge Robert  sont les comédiens d'un des actes de ce spectacle. Encore une histoire d'hommes ! A l'image de celle des Mangini.

 

Tous ensemble nous avons fait un travail à la table, travail de lecture où chacun a analyser les grands traits de son personnage à travers le texte.

 

Seule face à cette équipe masculine, Françoise craignait de manquer d'emprise, mais non ! elle a pu exercer son rôle de directrice d'acteurs en toute quiétude face à un groupe d'homos sapiens fort motivé et visiblement emballé.

 

L'ouvrage s'annonce joyeux ! Youpi !

 

Prochaine étape, une deuxième répétition avec les St Pierrois et une première avec la, non moins enthousiaste, équipe des comédiens de Montrottier et sa très engagée metteur en scène Agnès Deroin.

 

Vivement !

 

A suivre  ...

" IL ÉTAIT UNE VOIE " (Publié le 2 Juin 2016)

 

Ce projet-spectacle, difficile à concevoir à cause de quelques entraves à résoudre dans le fonctionnement initial, est en train de

voir le jour …

 

Accouchement compliqué mais libérateur car, selon une des devises positives de l'équipe MERCI,

"A COEUR VAILLANT, RIEN D'IMPOSSIBLE"

 

Après donc une gestation très courte, l'enfant prodige va naître. L'accouchement se fait dans la douleur mais c'est un beau bébé

que nous allons avoir le plaisir de vous présenter.

 

Ce spectacle, écrit à partir du livret de Laurence JAILLARD, est l'histoire de la Saga MANGINI vu à travers les principaux personnage

s de cette incroyable famille mais aussi d'autres narrateurs férus d'histoire.

 

Petit opus historique traité de façon moderne qui, nous l'espérons, vous donnera envie d'en savoir plus sur cette fabuleuse épopée trop mal connue du grand public mais qui souligne des valeurs essentielles d'humanisme et de créativité.

 

Suivez pas à pas les épisodes de cette préparation ...

 

Tout d'abord nous avons tourné les premières images d'un des petits films.

Les comédiens Pierre DESLORIEUX et le jeune Eliott VIEL se sont prêtés à ce petit jeu, nouveau pour eux, avec sérieux et enthousiasme.

 

Le moment  fut convivial et fort sympathique. Rythmé par les mots "action" et "coupé" de Jean-Pascal Montero (réalisateur) et de moi même, Françoise Casile (metteur en scène), le tournage s'est bien passé et le montage des images est enclenché.

Mentions Légales

Infos Pratique

Nous contacter